Culture et émergence des nouveaux marchés

Perspective aérienne de la ville de Shanghai, quartier général de la New Development Bank pour les nouveaux marchés.

Que risquez-vous à lancer un produit à l’étranger sans tenir compte de l’aspect culturel ? Demandez à IKEA qui a commercialisé un mignon petit loup-jouet dont le nom en cantonais correspondait malheureusement à une grossière insulte. Avec la montée des marchés émergents, l’intelligence culturelle devient de plus en plus stratégique à mesure que les entreprises élargissent leurs activités vers de nouveaux horizons.

Depuis la 2e moitié du 20e siècle, le dollar US dictait principalement les normes de l’économie mondiale. Sa domination remonte aux années 1970, lorsque les États-Unis ont assumé leur position de leader du monde libre. Le billet vert étant la monnaie de réserve mondiale, les États-Unis se sont hissés au sommet de la chaîne alimentaire économique. Le reste du monde ne pouvait que se conformer.

La rétorque des marchés émergents

Bien sûr, aucune nation n’aspire à être rien de plus qu’une source de ressources au profit d’une autre. Les petits états et pays en développement ont inlassablement consacré leurs efforts à progresser et à développer leurs économies. Ainsi, de nombreux pays se sont taillé une place de choix sur l’échiquier économique. Si la pauvreté demeure une regrettable réalité, les marchés émergents sont devenus une force indispensable.

Le monde a réagi à l’hégémonie états-unienne avec des projets comme la New Development Bank des pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). La Nouvelle route de la soie initiée par la Chine témoigne de la volonté indéniable des pays en développement de redynamiser l’économie sur son territoire, à ses conditions.

Qu’en est-il de l’Occident ?

Le monde occidental doit prendre en compte l’importance des marchés émergents. Les entreprises doivent savoir adapter les communications dans leurs relations avec les marchés étrangers. Cela va de pair avec la compréhension de leur culture, de leur langue et de leurs intérêts. À l’ère de la mondialisation, on ne peut plus considérer les pays en développement comme des fournisseurs de main-d’œuvre bon marché. Et heureusement, les lignes de séparation « nous contre eux » s’estompent inévitablement.

La croissance des économies des pays en développement ouvre de nouvelles possibilités d’accroissement des activités et des investissements. Cependant, en s’aventurant dans des pays étrangers, mieux vaut définir un plan pour que vos produits et services correspondent aux besoins et aux désirs de la culture locale.

Vous planifiez intégrer des marchés étrangers ? Consultez notre page STRATÉGIE.

 

 

Photo par Marc-Olivier Jodoin sur Unsplash